Av My Abdallah, Ahlam II - A, App N°5, Marrakech +212 524 43 13 08 / +212 653 068 080

Nouveaux Articles

Les Meilleures Visites de Ville a Marrakech
Les Meilleures Visites de Ville a Marrakech

Bien que Marrakech est une destination...

Les villes sud-africaines ou il ne faut pas manquer de faire une halte
Les villes sud-africaines ou il ne faut pas manquer de faire une halte

L’Afrique du Sud est un pays qui a tous les...

Evenements pour Entreprises a Marrakech
Evenements pour Entreprises a Marrakech

Etant l’une des plus belles destinations...

Voir les autres Articles →

A la rencontre d’une cuisine aussi genereuse que sa population au Maroc

A la rencontre d’une cuisine aussi genereuse que sa population au Maroc

Le Maroc possède une grande panoplie de spécialités culinaires. Son patrimoine gastronomique est riche et varié. Les visiteurs qui s’y rendent rapportent des souvenirs de mets parfumés et colorés. Certains sont disponibles dans des restaurants d’autres pays. Mais le goût d’un plat marocain mangé dans la contrée même n’a pas d’égal. Voici quelques spécialités marocaines qu’il faut connaître.

Les plats très célèbres à déguster en cas de grand creux

Impossible de parler de la gastronomie marocaine sans évoquer le couscous en premier lieu. La semoule reste l’ingrédient principal de ce plat. La cuisson de cette céréale importe énormément pour la réussite du met. Les Marocains y rajoutent des légumes, du bœuf ou du mouton. D’autres y incorporent aussi des légumineuses. De nombreuses variantes existent. La version végétarienne se passe de viande. Pour manger plus léger, vous pouvez remplacer le bétail par de la volaille. Une déclinaison sucrée vaut la peine d’être goûtée. Le goût caramélisé provient des oignons qui le sont. On rajoute des raisins secs pour avoir un peu de mâche. Il s’agit d’un plat très complet, que les locaux aiment déguster en famille. Les Marocains en mangent surtout le vendredi, après la prière. Dans le pays, ils le dégustent directement dans le récipient. Il s’agit d’une tradition hautement conviviale et d’un réel moment de partage.

Le tajine constitue l’autre incontournable. À l’origine, il s’agit de l’appellation d’un ustensile de cuisine. Le tajine est un plat en terre cuite qui sert également de marmite, car on y cuit directement les aliments. Son couvercle revêt une jolie forme conique. La matière en terre du plat permet de conserver toutes les arômes des ingrédients qui y sont incorporés. Le tajine de poulet fait partie des plus célèbres. La volaille se marie soit avec le safran, soit avec le citron. Le mélange d’épices tel que le curcuma, du poivre, de la coriandre et du gingembre moulu rehausse le plat. Le tajine de kefta aux œufs se révèle facile à réaliser, mais savoureux. En gros, la viande hachée est formée en boulettes qui sont plongées dans le plat. Après une quinzaine de minutes, il faut y casser des œufs qui vont finir de cuire hors du feu. 

Feuilletée à la marocaine et autre gourmandise de cette cuisine ensoleillée

Une pâte croquante qui enrobe un cœur salé ou sucré saupoudré de cannelle et de sucre. Voici un résumé assez grossier de ce qu’est la pastilla. Les feuilles de brick empilées apportent de la légèreté et un côté festif à ce plat. À l’intérieur, il peut y avoir du hachis de poulet ou du pigeon. Voilà une excellente opportunité de déguster une viande inhabituelle. En plus, sa présentation efface tout risque de dégoût. L’effet sucré-salé se veut parfaitement dosé. En manger rend un voyage en afrique réellement inoubliable. Comme pour les tajines, il y a des pastillas pour tous les goûts. Vous en trouverez au poisson ou au bœuf et même au poulet. La version sucrée protège un cœur fait de crème de lait à la fécule de maïs. Vous aurez l’impression de manger un mille-feuille, mais en plus léger et plus facile à croquer. 

La briouate aussi existe en sucré comme en salé. L’extérieur provient également de feuilles de brick. Il se veut moins copieux que la pastilla. D’une manière générale, la recette ne comporte pas de viande. La raison est que les Marocains en mangent principalement durant le Ramadan. Dans ce cas, la farce se compose de cannelle, d’amandes, de sucre et d’eau de fleur d’oranger. Il existe aussi des variantes de briouate aux légumes. Celle au fromage se veut très onctueuse et vraiment délicieuse. Ces gourmandises peuvent se fourrer de fruits de mer ou de viande hachée lors des célébrations. Elles peuvent revêtir une forme triangulaire. Il est possible alors de la confondre avec le samoussa. La forme circulaire leur sied aussi parfaitement. Elles rappellent, ici, des nems joliment dorés. 

D’autres plats emblématiques qu’il faut goûter une fois dans sa vie

Certains mets jouissent de moins de reconnaissance que les susmentionnés, mais valent tout autant le détour. C’est le cas du tanjia marrakchia. La viande qui compose ce plat fond littéralement dans la bouche. Cette surprenante tendresse provient de sa très longue cuisson. Mais le bétail garde toute sa saveur, car tout se passe sur des braises de hammam. Une telle préparation empreinte de tant de douceur ne peut que donner un plat délicat. Ici, comme pour la tajine, la première partie de l’appellation désigne le plat qui a servi à la cuisine. Le tanjia fait référence une jarre faite en terre cuite et disposant d’un couvercle.

Pour rompre la privation du Ramadan, les Marocains ont besoin d’un plat réconfortant et nutritif. La soupe appelée harira répond à tous ces critères. Elle arbore une appétissante couleur rouge, grâce aux tomates qui la composent. Agneau, poulet ou veau constitue la source protéinée. Des légumes et des condiments comme le persil et le céleri servent d’exhausteurs de goût. Bien sûr, le tout se recouvre d’une variété d’épices.